Mincir votre cœur

Maigrir, grossir, maigrir… : le cœur souffre beaucoup | PassionSanté.be

mincir votre cœur

Cet impact positif est relevé même si la perte de poids a été modeste et même si elle a été temporaire. Pour ce travail d'observation, les chercheurs University College de Londres ont suivi près de hommes et femmes depuis leur naissance, en mars L'objectif était d'analyser la corrélation entre l'évolution de la courbe de poids dans le temps et les facteurs de risques cardiovasculaires après 60 ans.

mincir votre cœur

La taille et le poids de chaque volontaire ont été mesurés à cinq reprises durant l'enfance, puis quatre fois entre 36 et 64 ans, ce qui a permis de les classer en trois catégories distinctes: les patients de poids normal, en surpoids et obèses. L'évaluation est survenue entre 60 et 64 mincir votre cœur, par des mesures de l'hypertension, du diabète et de l'épaisseur de la paroi des artères.

La fréquence cardiaque idéale pour brûler les graisses

Mais un changement de catégorie de l'obésité au surpoids ou du surpoids au poids normal se traduit par une amélioration des indicateurs et ce, même si la personne a finalement retrouvé son indice de masse corporelle IMC initial.

Robuste par son inscription dans le long terme, l'étude britannique présente toutefois des limites.

mincir votre cœur

Les scientifiques ont en effet mesuré des facteurs de risque, qui renseignent de manière indirecte sur la santé cardiovasculaire, et non les événements eux-mêmes AVC, Infarctus, etc. En outre, ils n'indiquent pas la raison de la perte de poids et n'ont pas pris en compte les facteurs liés au mode de vie des volontaires.

mincir votre cœur

Vice-présidente de la Fédération française de cardiologie, le Pr Claire Mounier-Vehier pointe de son côté une autre conclusion positive.

Plus sur le sujet